se libérer du regard des autres

Se libérer du regard des autres

Il y a une phrase que j’adore… Elle fait partie des sentences qui bercent ma vie et qui m’encouragent à être qui je veux être, même s’il y a toujours au moins une personne pour juger vos actes : on ne peut pas plaire à tout le monde… Mais si déjà on se plaît à soi-même, c’est déjà pas mal.

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront.

Cette phrase de René Char explique très bien comment il faut se comporter quand notre façon de vivre ne correspond pas aux codes de comportement des gens qui nous entourent. Tout évolue, rien n’est figé, les humains changent, en fonction d’un nombre de critères impossible à inventorier…

Oser être soi même et sortir du moule que les autres ont conçu pour nous

Souvent, lorsque l’on pense que l’on va être jugé par les autres, c’est parce que nous imaginons que ce que nous voulons exprimer n’est pas congruent avec la réalité, sort des habitudes ou des codes culturels de notre classe sociale.

Les adolescents ont cette force exceptionnelle, lors de leur fameuse crise, de s’individualiser avec provocation et de casser les codes. Et souvent, plus le cadre est rigide, plus les jeunes adultes forcent le trait de la différence. La révolte des ados, n’est pas seulement individuelle, hormonale ou tribale, elle indique que le monde à changé et que les futurs adultes qui s’apprêtent à prendre part à la vie sociale ont des choses à nous dire…

Quand la différence est une opportunité pour tous

En général, lorsque quelqu’un veut laisser s’exprimer sa différence, il est stigmatisé… Pourtant, c’est tout le groupe et les individus qui le composent qui vont devoir s’adapter au changement.

La résistance au changement est naturelle. Nous cherchons tous à préserver le connu et à maintenir la zone de confort… Pourtant, c’est en acceptant une petite dose de changement que nous évoluons, que nous nous adaptons à une société évolutive, à des codes sociaux toujours remis en question.

Il y a des individus, plus sensibles que les autres, qui anticipent les révolutions. On ne compte plus les génies maudits qui ont crée un concept magnifique alors que la société n’était pas prête à l’accueillir, ni même à le comprendre. Alors soyons visionnaires, acceptons que le monde peut ne pas être comme il a toujours été (depuis que nous le connaissons).

S’inspirer de ceux qui n’ont pas peur de prendre des risques

Si dans certaines sociétés, le moindre pas de côté est sanctionné sévèrement (je glisse la lapidation ou la peine de mort, comme ça, comme une petite piqûre de rappel), nous avons encore la chance en Europe, d’avoir une certaine liberté d’agir… Alors profitons-en, avant qu’elle disparaisse…

Le pire que vous craignez… c’est le rejet social… Qui n’est pas négligeable en terme de retombées psychologiques négatives.

En guise de conclusion, je vous laisse entre de bonnes mains… Regardez cette vidéo, David Laroche vous explique comment il s’est libéré du regard des autres : libérateur, pour ne pas dire inspirant…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :